Les réseaux sociaux sont-ils sans danger ?

Comment choisir un réseau et avec qui le partager ?


Choisir un réseau et avec qui le partager ?

  1. Définition d'un réseau social : c'est un groupe rassemblé pour un objectif commun de partage sur internet. Par exemple :
    1. Marmiton : vous partagez des recttes de cuisine, mais vous pouvez aussi en créer vous-même et les partager. C'est donc un réseau social.
    2. Wikipédia est aussi un réseau social de partage des connaissances.
    3. Facebook est un réseau identitaire (vous devez nécessairement décliner votre identité réelle, sinon vous trichez !), avec une messagerie.
  2. Mais il y a d'autres réseaux comme les réseaux thématiques :
    1. Scoop-It vous permet de créer gratuitement 5 thématiques dans la version gratuite et de partager ces 5 thèmes;
    2. ou les réseaux d'information rapide, comme Twitter : c'est ce réseau qui a permis de rassembler des milliers de citoyens dans les rues d'Alger, de Tripoli ou d'ailleurs pour permettre de renverser des régimes dictatoriaux, ce qui explique que le premier ministre turc, M. ERDOGAN, veut le supprimer !
  3. Comment utiliser ces réseaux ?
    1. D'abord en diversifiant tous les mots de passe d'accès : n'utilisez jamais le même pour tout !
    2. Méfiez-vous de Facebook dans lequel il est facile d'entrer, mais très difficile de sortir. De plus, la législation américaine prévoit que tout ce que vous mettez sur Facebook devient la propriété de Facebook ! C'est dans leurs conditions générales.
    3. Par contre, chez Twitter, il est aussi facile d'entrer que d'en sortir, mais même avec seulement 140 caractères autorisés, méfiez-vous de ce que vous écrivez notamment sur votre employeur ou en ayant des propos racistes : cela peut vous coûter votre emploi.
  4. Analysons Twitter qui est un cas particulier, car, si 30 millions de français sont membres de Facebook, seulement 3 millions ont adhéré à Twitter. C'est pourtant avec Twitter que vous suivez les commentaires affichés en bas des écrans de télévision de CNN ou dans l'émission THE VOICE.
    1. Twitter permet d'écrire un bref massage de 140 caractères, contre 160  dans un SMS et 250 dans Facebook, avec une pièce jointe (souvent une photo). On apprend à être concis pour faire passer un message, ce qui n'est pas plus mal, d'autant plus qu'on peut ajouter une adresse internet dans le message. Ces adresses souvent très longues sont automatiquement abrégées ou raccourcies par Twitter lui-même. Bref, ce sont des post-It !
    2. De plus, Twitter fait aussi partie des réseaux thématiques, car on choisit de spécialiser son profil pour se concentrer sur les thèmes qui nous intéresse et, petit à petit, on se constitue un petit réseau qui a le même attrait pour les spécialités choisies. Twitter vous proposera régulièrement de nouveaux contacts, ne parlons pas d'amis ici : c'est un échange de connaissance ou de savoir qu'on partage. Rien à voir avec le nombrilisme de Facebook.
    3. Et on peut choisir un pseudo qui fera de suite penser au thème choisi, par exemple, les abeilles.
    4. Attention, tous les Tweet ou messages envoyés sont conservés ! N'écrivez pas n'importe quoi. Rien de plus énervant que de recevoir un Tweet avec "Bonjour Nicole, bien reçu ton...". On s'en fout complètement de Nicole. Pour cela, il y a les outils de messagerie traditionnelles. Inutile de dire que ces contacts sont presque aussitôt abandonnés, comme ceux également qui écrivent un premier tweet, puis un second qui est la suite, un 3ème, etc. On 'est plus dans le concept du message bref. Il vaut mieux écrire : "Voici le compte rendu de la conférence de Rio sur le climat dans mon site internet....".
    5. Attention, le système est aussi totalement ouvert : tout le monde peut lire mes Tweet en tapant mon nom ou mon pseudo ou mon thème habituel pour les rechercher.
    6. Toutefois, depuis quelques temps, Twitter permet de supprimer un message.
  5. Attention à qui on envoit un message ou une information, que ce soit dans Tweet où il est possible d'envoyer un message privé, ou dans Facebook où tout est ouvert au départ de l'inscription. Veillez à fermer ou ouvrir les options de confidentialité, de partage privé ou public, etc.
    1. Chez Facebook, tout était d'office ouvert (option In) au lieu de fermé (option Out) dans les paramétrages. A vous de fouiller dans la jungle de ceux-ci pour ne rien laisser passer en dehors de vos cercles familiaux ou amicaux. C'est la pression des utilisateurs qui a fait changer Facebook où, maintenant en 2014, tout est fermé.
    2. Ne faites pas comme ces adolescent(e)s qui envoient une invitation à leur anniversaire où tout le monde est invité, même de parfaits inconnus !
  6. Attention, vous êtes dans des réseaux que vous ne controllez pas. Tout est enregistré et publié quelque part, même en fermant des portes. On n'est jamais sûr qu'un autre profil est resté ouvert et en contact avec le vôtre. Un courriel peut être tranféré à n'importe qui !
  7. Utilisez le mode "miroir" dans Facebook pour voir comment vous êtes vus par les autres : ça peut être utile pour constater une trop grande publicité.
  8. Avoir plusieurs comptes Twitter ou Face book, c'est possible. Chez Twitter, en principe, on ne peut avoir qu'un compte par adresse de courriel, ce qui est vite frustrant si on veut filtrer des thèmes très différents. On peut passer par Hoosuite.com pour avoir plusieurs comptes.
  9. Quant au réseau social GOOGLE +, personnellement, je le trouve assez vicieux  :
    1. son fonctionnement est incompréhensible et peu transparent. C'est quoi les Hangout ? Personne n'a su me le dire jusqu'à présent et c'est le seul terme non traduit par Google.
    2. l'internaute est pisté partout et voit de la publicité ciblée partout au fur et à mesure des visites de sites.
    3. Pour poster une vidéo sur Youtube, il faut d'office être membre de Google +, alors que ce sont deux activités différentes. Heureusement, il y a d'autres sites de video comme Vimeo ou Dailymotion.
    4. Savez-vous que Google enregistre aussi toutes vos recherches et qu'il envoit votre adresse IP à tous les sites visités via son moteur de recherche. Ne vous étonnez donc pas d'être inondé ensuite de publicités parfaitement ciblées. J'ai horreur de cela.

En conclusion, soyez rigoureux dans le choix de vos réseaux sociaux. Ne vous laissez pas intoxiquer ou provoquer. Restez le plus fermé possible. N'oubliez pas que, sur Twitter, on ne sait rien cacher et qu'on peut retrouver facilement tous vos tweet. Bannissez Google, même son moteur de recherche. Il en existe plein d'autres beaucoup plus sûrs et tout aussi fiables, par exemple, DuckDuckGo ou Ixquick que je préfère pour son anonymat et ses recherches suffisamment précises.

Jean GLAUDE

© 24 mars 2014

Écrire commentaire

Commentaires : 1
  • #1

    custers benoît (vendredi, 01 août 2014 08:56)

    Clair et précis. La plupart des dérives sur ces réseaux sociaux provient d'un confortable oubli de la notion de responsabilité personnelle soigneusement dissimulée derrière un pseudonyme. Je partage le point de vue sur Google+.
    La conclusion de Jean GLAUDE est l'unique possibilité pour un professionnel agissant sur ces réseaux : rigueur, modération et recul. Bannissons l'immédiateté, la sur-réaction et l'événementiel : c'est l'affaire des publicistes et journalistes.