En Andalousie au congrès Van Marcke #1

Promenade dans Punta Umbria
Promenade dans Punta Umbria

Nous sommes plusieurs architectes de l'ARALg à participer au congrès VAN MARCKE, certains pour la 4ème ou 5ème fois.

Arrivés hier, samedi 10 mai, vers midi, après avoir atterri à Séville, nous avons suivi ce matin la séance plénière d'introduction au cours de laquelle, Mme Caroline VAN MARCKE, a fait une intervention remarquée et remarquable. En voici les principaux points.


  • L'économie devient globale. Mais l'Europe n'en tire pas un grand profit. Au contraire, on va vers un niveau de vie moins élevé et une plus grande pauvreté.
    • Crise profonde dans le Sud de l'Europe;
    • Crise aussi chez nous et les pays voisins : on s'en sort mieux que d'autres apparemment.
    • Pas de crise en Allemagne, Suède, Danemark. Le NOrd de l'Europe s'en tire plutôt mieux.
  • Les clients potentiels sont beaucoup mieux informés :
    • Ils trouvent sur Internet toutes les explications souhaitées et peuvent comparer les prix très facilement.
    • Ainsi, un robinet Grohe vendu 122 €, prix public par VM, peut être trouvé à 75 € sur un web-shop belge et même 69 € sur le web-shob allemand.
  • Dès lors, les clients deviennent encore plus exigeants !
Un des patios de l'hötel Barcelo de Punta Umbria
Un des patios de l'hötel Barcelo de Punta Umbria
  • L'hôtel où nous sommes accueillis est très agréable.
  • La salle de congrès est très vaste avec plus de 22O participants ce matin.
  • Introduction du vôte électronique pour sonder l'assemblée : un outil très pratique. Tous les particiapants sont d'accord  :
    • qu'il faudra encore plus de formation.
    • qu'il sera plus profitable de vendre un pompe à chaleur 2,5 fois plus chère qu'une chaudière gaz classique.

Pour les fabriquants, les grossistes, les distributeurs et les entreprises, si elles ne s'adaptent pas, ce sera la fin !

  • la transparence des prix doit être la règle;
  • ce n'est plus la marge qui doit compter, mais le prix net, le travail de pose et le bénéfice qu'on veut prendre.
  • Le même ouvrier technicien qui coûte 45 € en Belgique coûte 30 € en Allemagne.

Concurrence des prix, concurrence salariale aussi et même concurrence du Do It Your self (DIY) qui devient Do It Together (DIT), c.-à-d., faire ensemble avec des amis en achetant au plus bas, ou le faire avec des ouvriers polonais ou roumains !

Et un gros problème en Europe, c'est trouver du personnel qualifié !

  • 95 % des ingénieurs sont aujourd'hui en Inde et en Chine !

Il va donc falloir s'adapter et vite, car le processus économique en cours est exponentiel. Ce qui était vrai hier ne l'est plus aujourd'hui.

  • Les réglemantations explosent.
  • Les normes européennes sont traduuites différemment dans les 3 régions qui composent la Belgique : Flandre, Bruxelles, Wallonie.
  • La certification des produits et des systèmes requiert parfois 3 jours de travail dans un laboratoire. Il va falloir faire des regroupements aussi bien des fabriquants que des netreprises.
  • Avez-vous le temps de tout calculer? Ne faut-il pas sous-traiter les entretiens, par exemple ?
  • Les maisons deviennent de plus en plus petites, les salles de bains aussi, suite à leurs prix de vente qui explosent.
  • 30 % de constructions en moins en 2014 par rapport à 2010.

Les tendances futures 2015-2020

  • En 2015, combien d'objets seront connectés à Internet, y compris les chaudières ou les régulations ? Réponse : 6 milliards !
  • Pour le choix des énergies, vers où va-t-on ?
    • Le pellet et le bois restent tout à fait marginaux.
    • Le mazout est en déclin.
    • Le gaz est en nette progression, mais aussi les pompes à chaleurs dont on s'attend à presque 30 % en plus en 2015.
  • Net intérêt aussi des fabriquants et des entrepreneurs compétents pour des systèmes hybrides gaz/pompe à chaleur, par exemple ou gaz/solaire, etc.
  • Des produits dont la mlise en oeuvre est plus rapide :
    • Tuyaux bitubes eau froide et eau chaude, 2 en 1,
    • Raccords ultra rapides,
    • Chaudières, pompes plug-in : poser, raccorder et mettre en route.
  • Des perfectionnements technologiques sont mis en oeuvre comme les pompes à variateurs électroniques qui s'adaptent aux pertes de charge. On ne pourra plus fabriquer et vendre des pompes à 3 vitesses.

©ARALg 2014

Rapporteur Jean Glaude